Home » Changement climatique: Le worst-case scenario se précise
Nature

Changement climatique: Le worst-case scenario se précise

Map Maurice

Le pire des scénarios du GIEC semble s’affirmer. La hausse du niveau de la mer devrait atteindre 17 cm d’ici 2100. Cela devrait doubler la fréquence des inondations dans plusieurs régions côtières du monde. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée par des chercheurs de l’université de Leeds (Royaume-Uni) récemment publiée.

Les calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique, dont les taux de fonte augmentent rapidement, ont élevé le niveau de la mer de 1,8 cm depuis les années 1990. Cette hausse correspond aux pires scénarios de réchauffement climatique du Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC).

Les chercheurs et auteurs de l’étude expliquent dans un communiqué que si ces taux se maintiennent, les glaces polaires devraient augmenter le niveau de la mer de 17 cm supplémentaires. Ce qui exposera 16 millions de personnes supplémentaires à des inondations côtières d’ici la fin du siècle.

Les auteurs préviennent que les calottes glaciaires fondent à un rythme prédit par les pires scénarios de réchauffement climatique. Le RCP8.5 (Representative Concentration Pathway) est le plus pessimiste des scénarios du GIEC. Il est tout à fait probable car il correspond à la prolongation des émissions actuelles (le scénario du business as usual).

Les 4 profils RCP correspondent chacun à une évolution différente du forçage radiatif, c’est-à-dire, la modification du bilan radiatif de la planète, à l’horizon 2300.

Ils sont identifiés par un nombre, exprimé en W/m² (puissance par unité de surface), qui indique la valeur du forçage considéré. Plus cette valeur est élevée, plus le système terre-atmosphère gagne en énergie et se réchauffe.

Depuis que les calottes glaciaires ont été étudiées par satellite dans les années 1990, la fonte de l’Antarctique a fait monter le niveau mondial de la mer de 7,2 mm, tandis que le Groenland a contribué à une hausse de 10,6 mm. Et les dernières mesures montrent que les océans du monde augmentent désormais de 4 mm chaque année.

Hausse du niveau de la mer: Plusieurs régions de Maurice concernées

Se basant sur le rapport du GIEC, des scientifiques prévoient une hausse importante de la montée de la mer. Les experts du projet Climate Central ont ainsi créé une carte interactive pour mesurer l’impact de cette hausse du niveau des océans sur les différentes régions du monde.

En raison du changement climatique, environ 300 millions de personnes seraient concernées par une inondation au moins par an. D’ici la fin du siècle, selon les scénarios, on prévoit une hausse du niveau de la mer allant de quelques centimètres à plus de deux mètres dans diverses régions du monde.

A Maurice, plusieurs régions côtières sont concernées à commencer par la capitale, Port-Louis, ainsi que la région de Baie du Tombeau qui sembleraient être les plus affectées selon la carte interactive du projet Climate Central. 

Cette hausse du niveau de la mer concerne, bien évidemment, plusieurs régions de l’île. Au nord, on note qu’autant la région de Balaclava que celle de Poudre d’Or et Rivière du Rempart seront touchées. Dans l’est du pays, Poste Lafayette, Poste de Flacq, Trou d’Eau Douce ainsi que Beau Champ seront affectés. Dans le sud, Mahébourg et Pointe d’Esny seront le plus touchés ainsi que Bel Ombre et la région de Riambel et Souillac dans une moindre mesure.