Home » Marée Noire du Wakashio: 21 km nettoyé selon Polyeco
News Release

Marée Noire du Wakashio: 21 km nettoyé selon Polyeco

Cleaning Oil Spill

Polyeco affirme dans un communiqué de presse, avoir livré 21 km de littoral propre dans le sud-est de l’île Maurice, suite aux opérations de restauration autour de la marée noire du MV Wakashio. Plus de 2400 tonnes de déchets et débris dangereux ont été retirées des différents sites, explique la compagnie.

L’achèvement de l’opération de nettoyage est annoncé en cette fin d’année, soit un mois avant la date prévue de janvier 2021, selon Polyeco. Cela, après quatre mois de travaux avec la précieuse contribution des mauriciens dont des habitants des régions affectées par la marée noire qui ont travaillé bénévolement pour accomplir cette tâche.

Les sites tels que Blue Bay, Pointe d’Esny, Preskil Hotel, Pointe Jérôme, le Mahebourg Waterfront, Petit Bel Air, Anse Fauvrelle, Rivière des Créoles, Pointe Brocus, l’Île aux Aigrettes, l’Île Mouchoir Rouge et l’Île des Deux Cocos, ont été réhabilités, selon le communiqué de Polyeco. 

Au total, les opérations ont nécessité une mobilisation d’environ 300 habitants et plus de 2400 tonnes de déchets et débris dangereux ont été retirées des différents sites. « Les déchets dangereux collectés sur le site ont été acheminés vers le site de stockage provisoire pour ce type de déchet à La Chaumière, à Bambous, pour y être correctement reconditionnés et stockés en toute sécurité avant leur exportation en vue de leur élimination finale », a déclaré Kostas Chatzatoglou, Country Manager de Polyeco.

Depuis le début des opérations, Polyeco a apporté son expertise et son savoir-faire pour identifier et sélectionner les différentes techniques requises pour chaque type de littoral et niveau de contamination de chaque site, explique la compagnie. 

En effet, le site web du groupe fait état de plus de 40 ans d’expertise après la fusion d’entreprises effectuée en 2016. Le groupe offre ainsi une gamme complète de services, dont des services d’intervention d’urgence, de formation, de récupération, d’assainissement et de gestion des déchets avec une présence internationale et une vingtaine d’entités opérationnelles dont Maurice. 

Polyeco S.A. a été fondée à Maurice en janvier 2016 suite à l’appel d’offres de l’Etat mauricien pour l’exploitation, la gestion et l’entretien du Interim Storage Facility for Hazardous Wastes (ISFHW) à La Chaumière, à Bambous.

Polyeco indique, dans son communiqué, avoir appliqué cinq techniques pour cette opération de nettoyage, à savoir, le lavage à haute pression sur les structures artificielles, l’essuyage avec des absorbants et l’utilisation de brosses souples sur les surfaces délicates, la coupe de la végétation mazoutée et la collecte d’algues dans les sites hautement contaminés. 

L’entreprise explique également avoir utilisé les méthodes de rinçage et d’inondation sur les différents sites, qu’elle classe en six types de rivages différents: des structures artificielles, des enrochements, des surfaces rocheuses, des rivages boueux, des plages de sable et des mangroves, qui ont tous nécessité des techniques de nettoyage spécifiques.

« Les devoirs et les engagements de Polyeco ne s’arrêtent pas là car nous prévoyons d’avoir une relation de longue durée avec l’île Maurice car nous nous engageons à fournir au pays une expertise mondiale en matière de gestion des déchets dangereux et de solutions durables », a déclaré le président exécutif de Polyeco, Athanasios Polychronopoulos, dans son communiqué.

Aufait.media souhaite, dans un souci de transparence, en savoir plus sur ces engagements et devoirs dont fait état le président exécutif de Polyeco, Athanasios Polychronopoulos. Nous avons envoyé des questions à ce sujet à la personne de contact de leur équipe Marketing et CSR qui se trouve en Grèce. Au plaisir de pouvoir publier leurs réponses pour nos lecteurs.

Cela concerne notamment la suite prévue pour la gestion des 2400 tonnes de déchets dangereux, le suivi pour l’environnement affecté par la marée noire, les questions de santé publique des personnes ayant été en contact avec ces déchets dangereux ainsi que sur la transparence des opérations effectuées.