Home » Tey: “2020 a été une année de fou, je ne vais jamais l’oublier”
Artis Culture

Tey: “2020 a été une année de fou, je ne vais jamais l’oublier”

Tey

Le clip de “Perdi ou Leker”, de l’artiste franco-mauricien Tey avec en featuring Cindia Amerally, a connu un franc succès et a été vu plus de 5 millions de fois sur Youtube. Né en France de parents mauriciens, Tey a été très jeune, exposé à plusieurs styles de musique. A travers cette interview, Tey se dévoile un peu plus pour Aufait.media.

Qui est Tey?

Tey est un artiste franco-mauricien. Il est de parents mauriciens et il a grandi en France. Il commence la musique à l’âge de 12 ans avec un premier son en home studio. A l’âge de 16 ans il intègre un groupe de rap, le XV Balles Hood. Il signe avec un label à l’âge de 18 ans et il commence une carrière en solo jusqu’à ses 20 ans où il devient  indépendant. Arrive ensuite l’aventure mauricienne avec “Perdi Ou Leker” qui fait un tabac à Maurice. 

D’où vient le nom Tey?

Tey vient de “Youte” ou plutôt “Teyou” en verlan. C’est parti de là. Il y a eu “Teytey”’. Et de là quand il a signé avec un label, le producteur a trouvé que Tey était parfait.  

D’où vient sa passion pour la musique?

Ça vient… de son père, qui fait de la musique. Du séga, bien sûr! 

On lui attribue un style singulier. D’où vient son style?

Cela vient de sa culture… la musique qu’il a écouté et l’environnement où il a grandi. Quelle chance d’habiter la France! Une culture très cosmopolite en France avec des sonorités qui viennent de toute la planète.

De plus, à l’âge de 13 ans, il vient à maurice et y habite pendant 1 ans, à Barkly, où il s’inspire de la culture reggae qui y est omniprésent. Il mêle rap, reggae et toute une variété de styles qui font, aujourd’hui, son style. Pour ses clips, il dit s’inspirer des plus grands et il gère selon les moyens du bord. 

Son style, un atout pour le marché mauricien…

Oui, effectivement cela fait partie des atouts. Il vient d’ailleurs. Il a ramené cette petite touche de son pays d’adoption qu’il dit ne pas avoir trouvé à Maurice. Cela a, selon lui, créé un dynamisme avec d’autres artistes. Ce qui l’aide également en retour avec, en définitive, du son neuf pour le public mauricien qui a, d’ailleurs, aimé vu le nombre de vues sur Youtube. 

A quoi peut-on attribuer ce succès du clip “Perdi ou leker” ? 

La chanson, il l’a écrite il y a, à peu près, 5 ans. Il a même fait des vidéos sur les réseaux sociaux où on le voit chanter le refrain. Il a proposé le morceau à Cindia Amerally car il était question d’une collaboration. 

Elle a, tout de suite, adhéré au concept et c’était parti. Après le passage au studio, il y a eu l’équipe d’Archimage qui a signifié sa volonté de produire le clip car ils y ont décelé du potentiel. Après son retour en France, les discussions ont eu lieu avec Archimage production qui avait déjà tout prévu. Archimage et Hysteria ont proposé de faire un clip un peu différent de ce qui se fait à Maurice. C’est comme ça que c’est parti et Tey se dit satisfait du résultat. 

Les thèmes de ses chansons… Pourquoi sont-ils importants à ses yeux?

Tantôt Sweet… et on y parle de douceur et d’amour. Mais, tantôt Bad… et on retrouve le bad boy…

La dancehall, il la définit comme son domaine de prédilection. C’est le bad boy qui est dans la place. Tey indique que, dans ces moments, il fait ce qu’il appelle de l’egotrip. Il n’y a pas de thème précis. 

Qu’est-ce que l’egotrip ? Issu du monde du rap, l’egotrip est utilisé pour exprimer l’ego qui est considéré dans le monde du rap comme l’une des valeurs les plus précieuses. L’egotrip est utilisé pour mettre en avant sa personnalité. 

En ce qui concerne les thèmes, on l’a bien compris. Tey aime bien parler d’amour et de foi, des sujets qui lui sont importants. Selon lui, le monde entier a besoin d’amour. Les histoires d’amour sont assez similaires pour tout le monde et on a tous, à peu près, les mêmes histoires… L’amour nous touche tous. Bien vu!

La foi, selon Tey, fait partie des bases de vie et c’est important d’en parler. Il dit, cependant, avoir d’autres sujets qu’il souhaite aborder mais qu’il garde pour lui, pour l’instant, car cela peut déranger. 

Son aventure Mauricienne avec l’album Lerwa…

Une folle aventure! 2020 a été, pour Tey, une année de folie qu’il dit ne jamais pouvoir oublier. Malgré ce qui s’est passé dans le monde entier, ça a été une belle année pour lui. Il a collaboré avec de grands artistes mauriciens qui l’ont bien accueilli. 

Initialement en vacances avec ses cousins, il a sorti “Perdi Ou Leker” avec Cindia Amerally et ça lui a tellement pris l’âme qu’il est resté. Son père est également resté avec lui pour structurer le tout. Il appréhendait d’être mis de côté, “mais les artistes m’ont bien accueilli”, dit-il. 

Des projets pour son retour en France…

Il part pour encore plus bosser et élargir ce qu’il a commencé à Maurice. Maurice lui a donné une “grosse force” dans laquelle il dit vouloir puiser pour aller encore plus loin. C’est le moment d’essayer de percer, selon lui. Il l’espère en tout cas. Et, c’est pour cela qu’il part pour la France.