Home » Covid-19 : Le single shot J&J, nouveau vaccin dans la place
Santé

Covid-19 : Le single shot J&J, nouveau vaccin dans la place

vaccin

Alors que le vaccin qu’utilise Maurice, l’AstraZeneca, fait polémique sur le plan international, l’OMS a approuvé un nouveau vaccin, celui de Johnson & Johnson. Un vaccin “single-shot” comparativement à l’AstraZeneca et Pfizer qui requièrent deux injections. Le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, se veut rassurant en qualifiant l’AstraZeneca de “bon vaccin”, annonçant la reprise de la campagne de vaccination dès lundi, le 15 mars.

L’île Maurice a franchi le cap de 125 cas de contamination locale à la Covid-19, en un peu plus d’une semaine, depuis la détection du premier cas. Cette deuxième vague inquiète, alors que l’origine de cette première contamination locale reste à être déterminée.

Un peu plus de 50,000 personnes ont été vaccinées à Maurice. L’île comme de nombreux pays, à l’instar de la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, la France, l’Italie, entre autres utilisent ou utilisaient l’AstraZeneca. Un vaccin « double-shot » qui est pourtant dans l’œil du cyclone.

La vaccination à l’AstraZeneca a notamment été suspendue dans plusieurs pays européens. Le Danemark, l’Islande, la Norvège et la Bulgarie notamment. Une trentaine de cas d’événements thromboemboliques/formation de caillots sanguins, auraient été recensés en Europe après l’administration du vaccin.

En Afrique, la République démocratique du Congo (RDC) a annoncé avoir reporter le début de sa campagne de vaccination utilisant le vaccin d’AstraZeneca, ceci, “par mesure de précaution“. Le vaccin AstraZeneca est administré par plusieurs pays africains dont le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Nigeria.

L’Afrique du Sud est le premier pays africain à avoir essayé l’AstraZeneca, avant de tout interrompre après qu’une étude ait montré des résultats décevants contre le nouveau variant du virus dans ce pays.

La compagnie AstraZeneca est un groupe pharmaceutique, né de la fusion en avril 1999 du suédois Astra et du britannique Zeneca, a répliqué qu’il n’y avait “aucune preuve de risque aggravé” de caillot sanguin entraîné par son vaccin contre le Covid-19. “En fait, les chiffres sur ce type de problème médical sont beaucoup plus faibles chez ceux qui sont vaccinés comparé à ce qui serait attendu dans la population dans son ensemble”, explique le groupe dans un communiqué.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est aussi venue à la rescousse, affirmant vendredi qu’il n’y a “pas de raison de ne pas utiliser” le vaccin d’AstraZeneca contre le Covid-19.

Catherine Gaud, immunologiste, Senior Adviser au ministère de la Santé mauricien, a expliqué, samedi 13 mars que : “en fait, il s’agit de maladies thrombo-vasculaires qui sont alléguées. Effectivement, il y a eu un certain nombre d’accidents vasculaires venant de diverses localisations chez des patients sous AstraZeneca. Ce qui est important, c’est de comparer le taux de personnes qui a fait des accidents vasculaires à celui auquel on pourrait s’attendre dans la population générale. Il s’avère que chez les gens vaccinés à l’AstraZeneca, il n’y a pas plus, ou voir plutôt moins d’accidents vasculaires, qu’en population générale. Pour les scientifiques, c’est ni plus ni moins le taux normal. C’est pour ça que l’OMS estime que ce n’est pas une véritable alerte”.

Se basant sur les recommandations de l’OMS, le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, a lui aussi déclaré que l’Astrazeneca est un “bon vaccin” et que ; “nous allons continuer de l’utiliser à Maurice“.

Johnson & Johnson

En parallèle, Johnson & Johnson vient de voir son vaccin “single-shot”, être approuvé par l’OMS. C’est le troisième vaccin à obtenir l’approbation de l’OMS, après celui de Pfizer-BioNTech, et d’AstraZeneca-Oxford. Des vaccins qui nécessitent l’injection de deux doses, alors que le vaccin J&J nécessite qu’une seule et unique injection.

Au niveau de l’efficacité, l’analyse de la Food Drug Administration (FDA) a révélé que le vaccin de Johnson & Johnson est efficace à 72 % dans la prévention de l’infection dans toutes les variantes de la COVID-19 et à 86 % dans la prévention des cas graves de la maladie. “La possibilité de réduire de manière significative le fardeau des maladies graves, en fournissant un vaccin efficace et bien toléré avec une seule vaccination, est un élément essentiel de la réponse de santé publique mondiale“, a déclaré le Dr Paul Stoffels, directeur scientifique de Johnson&Johnson, dans un communiqué.

Une analyse a aussi été menée en Afrique du Sud, dont la variante est beaucoup plus contagieuse. Les chercheurs ont noté que le vaccin de Johnson & Johnson était légèrement moins efficace pour prévenir les maladies là-bas, à 64 % d’efficacité, néanmoins, il reste toujours efficace, à 82 % pour prévenir les maladies graves.

Moderna et Pfizer ont confirmé une efficacité de 95 % dans la prévention de la maladie, des essais cliniques ont été menés vers la mi-2020, avant que de nouvelles variantes du virus n’apparaissent et soient largement diffusées.

Le vaccin AstraZeneca quant à lui s’est avéré, selon la dernière étude efficace à 76% contre le coronavirus d’origine après la première dose. L’étude réalisée par l’agence sanitaire écossaise (Public Health Scotland), a été rendue publique le 22 février dernier. Elle compare les données d’hospitalisation de 5,4 millions de personnes.

Lorsqu’une deuxième dose AstraZeneca est administrée 12 semaines ou plus après la première dose, l’efficacité augmente à 82%. On a également constaté que le vaccin pourrait ralentir la transmission du virus.

Plusieurs pays ont déjà approuvé l’utilisation du vaccin J&J, dont les plus récents sont l’Italie et la France. Il est aussi déjà utilisé aux Etats-Unis.

Plus près de Maurice, l’Afrique du Sud a choisi de l’utiliser pour sa campagne nationale de vaccination. “Compte tenu des résultats des études d’efficacité, le gouvernement poursuivra la première phase de vaccination prévue en utilisant les vaccins Johnson&Johnson au lieu du vaccin AstraZeneca”, a annoncé Zweli Mkhize, le ministre de la Santé sud-africain. “L’efficacité du vaccin Johnson&Johnson contre la variante 501Y.V2 a été prouvée“, a-t-il ajouté.

Le géant pharmaceutique sud-africain, Aspen Pharmacare, qui a un accord avec Johnson&Johnson, a annoncé qu’elle prévoyait de commencer à livrer des doses de vaccin J&J à partir de son installation en Afrique du Sud, avant la fin du mois de juin, a déclaré vendredi son directeur général, Stephen Saad. Il a déclaré à Reuters que le transfert de technologie de J&J s’est “très bien passé et que nous nous engageons désormais à les livrer au cours de notre exercice financier“. Un exercice qui se termine le 30 juin prochain.

Si ces vaccins, destinés à l’Afrique du Sud, étaient fournis directement par l’établissement d’Aspen, cela permettrait d’accélérer le déploiement des vaccins. Rappelons qu’Aspen a aussi une antenne à Maurice. Aspen Global Incorporated (Aspen), filiale mauricienne d’Aspen Pharmacare Holdings Limited. Une entreprise sise à Grand-Baie, employant plus de 200 personnes.

Le ministre de la Santé mauricien, Kailesh Jagutpal a déjà annoncé que le programme de vaccination à l’AstraZeneca était prêt à être déployé. La campagne reprend ce lundi 15 mars, a-t-il annoncé.