Home » Mahen Seeruttun, ministre des Services Financiers : « L’île Maurice est une juridiction sûre, solide et de confiance »
News Release

Mahen Seeruttun, ministre des Services Financiers : « L’île Maurice est une juridiction sûre, solide et de confiance »

Mahen Seeruttun | Ministre des services financiers et de la bonne gouvernance

Le Groupe Africa Specialty Risks (ASR) lance un réassureur entièrement capitalisé et agréé à l’Ile Maurice. Profitant de cette occasion, le ministre des Services Financiers, Mahen Seeruttun affirme que Maurice possède tous les ingrédients nécessaires pour devenir un centre détenteur de réassurance pour l’Afrique. « Maurice est une juridiction sûre, solide et de confiance, avec un cadre législatif solide et un écosystème bien établi pour les services financiers », dit-il. 

Africa Specialty Risks (“ASR”), une entreprise de réassurance dont l’objectif est de fournir des solutions d’assurance au marché Africain des Entreprises et des Spécialités leur permettant ainsi de mitiger les risques, a le plaisir d’annoncer qu’elle a lancé un réassureur entièrement capitalisé et agréé, basé à Maurice, pour répondre aux besoins du continent africain.

ASR est soutenu par Helios Investment Partners, la plus grande entreprise d’investissement privé axée sur l’Afrique, par le biais de son plus récent fonds de capital-investissement, Helios Investors IV, L.P., qui compte parmi ses investisseurs le Groupe CDC (l’institution financière de développement du Royaume-Uni) et l’International Finance Corporation (membre du World Bank Group), ainsi que des investisseurs institutionnels. Le Fonds a été lancé en juin 2019, avec l’ambition de soutenir des initiatives ciblant l’Afrique. ASR marque le second investissement du Fonds cette année, et le capital a été alloué pour financer les plans de croissance et d’expansion d’ASR.

Souleymane Ba, un partenaire chez Helios Investment Partners, a déclaré : « Nous avons identifié un manque persistant de compétences adéquates en matière d’assurance à travers l’Afrique, qui a été aggravé par le COVID-19 alors que les fournisseurs de réassurance globale se concentrent sur leurs marchés locaux. ASR a été créé pour répondre à cette lacune en fournissant des solutions spécialisées dans la réduction des risques auxquels les entreprises et les fournisseurs de capitaux opérant en Afrique ont eu du mal à accéder jusqu’à présent. Nous sommes heureux que le réassureur soit basé à l’île Maurice, qui est un centre bien établi pour les services financiers et les investissements en Afrique ».

ASR vise à devenir le partenaire privilégié des entreprises à travers des solutions d’assurance dans la gestion des risques, adaptées et sur mesure. ASR offre des capacités dans les domaines suivants: immobilier, construction, risque politique, crédit commercial, énergie, responsabilité civile et PVT (guerre, violence politique et terrorisme), ainsi que d’autres branches d’activités en cours de développement. L’entreprise de réassurance à Maurice fournira une capacité additionnelle domiciliée en Afrique à l’offre actuelle de capacité MGA de l’ASR. ASR est dirigée par Mikir Shah, ancien PDG d’AXA Africa Specialty Risks, et Bryan Howett, ancien PDG des opérations de réassurance panafricaines d’Old Mutual.

ASR vise à établir un réassureur africain polyvalent qui sera réellement utile au continent africain. En plus de la capacité de réassurance locale, l’entreprise a obtenu une capacité de liaison pluriannuelle allant jusqu’à 25 millions de dollars par risque grâce à un partenariat avec GIC Re en Inde et une capacité annuelle de Peak Re, établie à Hong Kong. Cette opération a été soutenue et réalisée avec l’aide d’Aon.

En marge de la licence de Réassureur, ASR a également décroché une licence de Insurance Manager auprès de la Financial Services Commission de Maurice, qui interviendra en tant que Managing General Agent (MGA).

Mikir Shah, PDG d’Africa Specialty Risks, a souligné : « Nous avons choisi de fonder l’Africa Specialty Risks Réassureur à l’île Maurice car nous y voyons un centre détenteur pour l’Afrique. La population de l’Ile Maurice est naturellement bilingue, ce qui nous permet d’opérer efficacement dans la grande majorité des pays africains. Sa population est éduquée, ce qui en fait un centre de réassurance idéal, car elle dispose d’une abondance de savoir-faire potentiels qui peuvent être développés grâce à la formation.  On y trouve déjà une présence établie d’assureurs qui se développent sur le continent, et nous croyons que l’île Maurice a la capacité de devenir le centre de réassurance pour l’Afrique. »

Mikir Shah | PDG | Africa Specialty Risks

« L’île Maurice sera l’une de nos principales réalisations et nous sommes heureux de pouvoir compter sur le soutien du gouvernement mauricien et de la FSC.  Nous sommes ravis d’avoir obtenu nos licences de Réassureur et d’Insurance Manager alors que nous nous préparons à établir nos activités sur place. Nous y tiendrons des fonctions de souscription, de gestion des réclamations, de soutien administratif, de conformité, de comptabilité et de développement commercial. Nous ferons très prochainement d’autres annonces concernant nos plans de recrutement sur l’île », a-t-il ajouté.

Le Ministre des services financiers et de la bonne gouvernance, Mahen Kumar Seeruttun, a lui affirmé que : « Maurice possède tous les ingrédients nécessaires pour devenir un centre détenteur de réassurance pour l’Afrique. Maurice est une juridiction sûre, solide et de confiance, avec un cadre législatif solide et un écosystème bien établi pour les services financiers, y compris l’assurance. Notre juridiction est largement reconnue par les investisseurs et les institutions internationales pour sa facilité à y faire des affaires. »

« L’île Maurice est également très bien connectée au niveau international et fait partie du African Continental Free Trade Area (AfCFTA), qui est entré dans sa phase de réalisation cette année, et qui prévoit de dynamiser le commerce et les investissements intra-africains. Il est donc tout à fait pertinent que l’Africa Specialty Risks ait choisi de domicilier son réassureur à Maurice afin d’offrir un choix et une capacité supplémentaires pour répondre aux besoins croissants du continent africain en matière de réassurance. Je salue cette initiative comme une étape clé dans le renforcement de la position de l’île Maurice en tant que centre détenteur pour l’Afrique. »

« Alors que la pandémie se propage, le risque émergent de multiples branches d’assurance exposées à la COVID-19 augmente, laissant aux assureurs, réassureurs, régulateurs et agences de notation la tâche redoutable de quantifier cette exposition et d’estimer comment elle sera répartie entre les marchés de l’assurance primaire et de la réassurance. Cependant, la COVID-19 représente néanmoins une opportunité pour les réassureurs établis et les nouveaux venus. En effet, elle fournit l’occasion de réaffirmer l’objectif de l’assurance : protéger les personnes, les communautés et les entreprises contre les risques inattendus, tout en répondant aux préoccupations sociétales croissantes en matière de durabilité et d’équité. »

ASR prévoit de travailler proactivement avec les régulateurs et les clients locaux pour développer les compétences et offrir des formations aux souscripteurs locaux. Les considérations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) sont au cœur des valeurs d’ASR, notamment en ce qui concerne le renforcement des capacités locales. La fourniture de solutions de réassurance globales par ASR à ses clients locaux et internationaux donne aux entreprises et aux investisseurs la confiance nécessaire pour développer leurs activités, augmentant ainsi l’activité commerciale et les bénéfices associés en matière de développement.

Parallèlement à son implantation à l’île Maurice, ASR envisage la création de pôles de développement commercial dans six autres pays africains, à savoir le Maroc, le Kenya, l’Afrique du Sud, la Côte d’Ivoire, l’Égypte et le Nigéria. ASR investira dans la formation locale du marché dans les lignes d’assurance spécialisées, selon nécessité, ainsi que dans le recrutement et l’infrastructure autour des hubs.