Home » WhatsApp poursuit le gouvernement indien pour ses nouvelles législations
Tech

WhatsApp poursuit le gouvernement indien pour ses nouvelles législations

WhatsApp | Narendra Modi, Premier ministre indien | @Prime Minister's Office (GODL-India)

WhatsApp a porté plainte contre le gouvernement indien, affirmant que la nouvelle législation entraînera une “surveillance de masse” en obligeant les entreprises de médias sociaux à transmettre des informations privées sur leurs utilisateurs. L’action en justice a été portée le 25 mai dernier, qui était la date limite pour se conformer aux nouvelles restrictions.

La nouvelle réglementation informatique, qui a été critiquée comme dictatoriale et draconienne, offre au gouvernement indien davantage de possibilités pour surveiller les activités sur Internet, y compris les applications cryptées comme WhatsApp et Signal. Elles ont été promulguées en février mais devaient entrer en vigueur le 26 mars. WhatsApp a porté plainte contre le gouvernement indien au sujet des nouvelles règles de l’internet qui, selon la société, porteraient “gravement atteinte” à  la vie privée de ses clients.

Le cryptage, qui rend les discussions sur la plateforme secrètes et non accessibles aux autres parties, devrait être désactivé sur WhatsApp en Inde, et les messages devraient être stockés dans une base de données “traçable”. Si un contenu était jugé “illégal”, le gouvernement serait en mesure d’identifier et de poursuivre son auteur.

“La société civile et les experts techniques du monde entier ont toujours fait valoir qu’une exigence de “traçabilité” des messages privés briserait le cryptage de bout en bout et conduirait à de véritables abus. WhatsApp s’engage à protéger la confidentialité des messages personnels des personnes et nous continuerons à faire tout ce qui est possible dans le cadre des lois indiennes pour le faire.” a déclaré WhatsApp. 

C’est l’une des premières fois que WhatsApp, une plateforme de messagerie cryptée appartenant à Facebook, porte plainte contre un gouvernement national. L’entreprise a également lutté avec les autorités brésiliennes sur des questions de confidentialité similaires, ce qui a entraîné la fermeture du site à plusieurs reprises.

Un avocat représentant WhatsApp a déclaré lors d’une audience devant la Haute Cour de Delhi le 26 mai : “Un gouvernement qui choisit d’imposer la traçabilité impose effectivement une nouvelle forme de surveillance de masse. Pour pouvoir tracer ne serait-ce qu’un seul message, les services devraient tracer tous les messages. Il n’y a aucun moyen de prédire sur quel message le gouvernement indien voudra enquêter à l’avenir.”