Home » Parlement | Pravind Jugnauth: “ Il est temps pour nous de jouer plus offensif ”
Societé

Parlement | Pravind Jugnauth: “ Il est temps pour nous de jouer plus offensif ”

Pravind Jugnauth | Premier Ministre | @GIS

Parlement: Le Premier ministre Pravind Jugnauth a fait une analogie avec le football pour expliquer le combat de Maurice face à la Covid-19. Si pour la première vague, l’île Maurice était sur la défensive, il est maintenant temps avec l’aide du Budget 2021/22, a-t-il dit, de passer à l’offensive.

Dans son summing up dans le cadre des débats budgétaires, le Premier ministre, Pravind Jugnauth a souligné que l’île Maurice faisait face à sa pire récession de son histoire, et que la Covid-19 a effacé 5 ans de croissance économique. 

Selon lui, son gouvernement a permis de sauver beaucoup d’emplois et d’éviter des cicatrices économiques profondes. 

Il a expliqué que la deuxième vague de la Covid-19 a été gérée d’une manière beaucoup plus équilibrée. Il a utilisé une analogie footballistique pour expliquer le combat mené face à la pandémie. Notre premier match contre la Covid-19 était purement défensif, un jeu correct contre un adversaire dangereux, dont vous ne connaissez pas la tactique. Aujourd’hui on le connaît mieux et on a le vaccin, il est temps pour nous de jouer plus offensif.

Le Budget 2021/22 sera la base, selon Pravind Jugnauth, pour retrouver le chemin de la croissance, rappelant que les trois axes prioritaires sont le “Recovery”, le “Revival”, et la  “Resilience”.  “Il faut d’abord rattraper notre retard, puis assurer la relance des filières économiques, puis veiller à créer une nouvelle dynamique à travers de nouveaux axes de développement. Développez nos forces et notre résilience pour mieux affronter l’avenir. Il n’y a pas de meilleur moyen de reconstruire une économie que d’investir dans ses infrastructures. Cela renforce et améliore non seulement notre économie physique, mais stimule également notre croissance grâce à l’emploi et aux effets multiplicateurs connexes”, a-t-il dit. 

Le Premier ministre a aussi abordé la détérioration de la dette nationale du pays, qui devrait dépasser les Rs 419 milliards et 95 % du PIB au 30 juin 2021. Il a souligné que c’est une tendance internationale. Citant les exemples de Singapour ou du Japon qui ont atteint 141% et 200% de leur PIB, respectivement. 

Pour le Premier ministre tous les pays doivent emprunter afin d’augmenter la résilience et éviter un crash de leur économie. 

Notre “warchest” en 2024, ce sera la population

Pravind Jugnauth a aussi abordé les allégations à l’effet que le gouvernement sous-dépensait pour se constituer un “war chest” pour les élections de 2024. “Ils ont allégué que le gouvernement allait délibérément sous-dépenser dans le cadre de projets d’immobilisations (capital projects) pour accumuler des sommes suffisantes à des fins politiques, pour se constituer un trésor de guerre afin de contrecarrer la démocratie lors des prochaines élections générales. Reste à voir ce qu’il adviendra des élections démocratiques que le pays a tenues en 2019. Nous verrons bien! Pour moi, les faits sont simples, les sommes allouées aux projets d’immobilisations dans un budget n’ont pas été entièrement dépensées, et ces montants non dépensés ont été reportés au prochain budget. La tentative de transformer ce fait simple en un schéma machiavélique, est ridicule, enfantin. Permettez-moi de rassurer la population que nous avons tenu nos promesses depuis décembre 2014. Bien sûr, c’est à l’électorat de nous juger en 2024 sur la base de nos réalisations. Pas sur des informations fausses et erronées et des démagogies. Notre “warchest” en 2024, ce sera la population, comme cela a été le cas en 2014 et en 2019“.

Commentant la dernière hausse de Rs 2 sur l’essence et le diesel, Pravind Jugnauth a souligné que pour que les vaccins soient gratuits pour la population, le gouvernement doit générer des revenus pour les acheter. C’est dans cette optique que s’inscrit cette décision obligatoire, a-t-il fait ressortir.