Home » Harvesh Seegolam, gouverneur de la BoM lance le “Thought Leadership Series” dans le sillage des controverses sur la MIC
Economie

Harvesh Seegolam, gouverneur de la BoM lance le “Thought Leadership Series” dans le sillage des controverses sur la MIC

Harvesh Seegolam | Gouverneur de la Banque Centrale

Le gouverneur de la Banque Centrale, Harvesh Seegolam revient sur les décisions prises par la BoM pour soutenir l’économie locale. Il encense la MIC, qui a selon lui préservé l’économie mauricienne de potentielles faillites d’entreprises du privé. 

La Banque de Maurice a lancé sa série de discussions, le “Thought Leadership Series”. Une initiative que la Banque apporte à la communauté bancaire et aux autres parties prenantes en général, sur des sujets d’actualité dans ce monde en évolution rapide.

Dans son discours inaugural, le gouverneur de la Banque Centrale, Harvesh Seegolam explique qu’il est: “plus que déterminé à m’engager en permanence avec nos partenaires internationaux et locaux dans cet exercice de réflexion”

Selon lui, son objectif en tant que gouverneur a été de faire en sorte que le système bancaire et financier mauricien résiste à l’épreuve de cette crise sans précédent à laquelle Maurice est confrontée. “Maintenir la confiance dans le secteur bancaire est une très haute priorité dans mon agenda. D’autant plus que des banques solides signifient que les individus, les ménages et la communauté des affaires peuvent être soutenus dans les bons comme dans les mauvais moments”, a-t-il dit

Sans l’intervention de la BoM dans la gestion de la crise de la Covid-19, la situation aurait pu être beaucoup plus compliquée. “L’escalade de la pandémie a entraîné la fermeture des frontières et l’imposition de mesures de confinement qui ont considérablement perturbé les activités dans nos secteurs clés. En conséquence, en 2020, l’économie a connu sa pire contraction jamais enregistrée. L’impact économique aurait pu être plus dommageable sans le soutien de la banque centrale”.

Il a ajouté que face à cette situation sans précédent, la Banque a été proactive et efficace dans le déploiement d’un mélange de mesures conventionnelles et non conventionnelles pour remplir son mandat principal qui comprend le maintien de la stabilité des prix et la promotion du développement économique ordonné et équilibré de Maurice ainsi que la préservation de la stabilité financière.

Harvesh Seegolam explique ainsi que la Mauritius Investment Corporation Ltd (MIC), créée en mai de l’année dernière, a joué un rôle déterminant dans la préservation de la résilience du secteur bancaire. “La MIC a réussi à empêcher les défaillances potentielles d’entreprises nationales d’importance systémique. Cela a atténué les risques de contagion du secteur réel au secteur bancaire. La MIC continue de jouer un rôle essentiel dans le remodelage du paysage économique de notre pays”, a-t-il dit.

Il a également soutenu que la Banque a comblé le manque important d’entrées de devises en approvisionnant régulièrement le marché en devises. “Ce faisant, la Banque a pu éviter des vulnérabilités économiques et financières accrues qui auraient constitué un risque majeur pour la stabilité des prix dans le pays”, a-t-il déclaré.

Cependant, on n’a pas eu droit à plus d’explication sur le comment et le pourquoi d’énormes interventions de la Banque Centrales à travers la MIC et d’autres moyens en faveur des grosses entreprises déjà surendettées et au bord de la saisie bancaire, bien avant le l’arrivée de la Covid-19, et par contre, sans soutien financier aux PMEs en détresse à cause du lockdown, surtout dans le tourisme et la restauration.

On souhaite vivement que pour instaurer un leadership éclairé au sein d’une gouvernance sans complaisance, les Thought Leadership Series commencent par des explications des plus transparentes sur les récentes interventions de la MIC et de la Banque Centrale.