Home » Christian Lefèvre | MD de Coquille Bonheur (Tour Opérateur) : “ Nous savions déjà que notre industrie était fragile, mais pas à ce point précaire! ”
Tourism

Christian Lefèvre | MD de Coquille Bonheur (Tour Opérateur) : “ Nous savions déjà que notre industrie était fragile, mais pas à ce point précaire! ”

Christian Lefèvre | Directeur | Coquille Bonheur

À quelques jours de la réouverture complète des frontières de l’île Maurice, Afm.media fait le point avec l’un des piliers du secteur touristique du pays, Christian Lefèvre. Le directeur de l’entreprise Coquille Bonheur (Tour opérateur), nous parle de l’impact de la pandémie sur le tourisme, le repositionnement de l’industrie pour s’adapter à la nouvelle demande, et de ses objectifs.

Tout d’abord, pouvez-vous nous dresser un tableau de l’impact de la fermeture des frontières en raison de la Covid-19, sur le tourisme mauricien?

Christian Lefèvre: La pandémie de la Covid-19 restera dans notre mémoire collective pour les générations à venir en raison de son impact dévastateur à différents niveaux sur l’économie nationale et mondiale. Le lourd manque à gagner se fera sentir pendant encore longtemps, surtout en devises étrangères.

La fermeture de nos frontières, depuis 19 mois déjà, les mesures sanitaires et les restrictions de mouvement ont forcé le secteur à vivre ses pires résultats de l’histoire récente. Les pertes financières et les fermetures de certains réceptifs sont effrayantes, créant un niveau d’incertitude que la majorité n’a jamais connu. 

Les arrivées touristiques étaient de 1 383 488 en 2019, 308 980 en 2020 et 6 966 au 31 août 2021. 

Heureusement, avec l’aide continue du gouvernement et le soutien des institutions financières, certains emplois ont pu être préservés. Les groupes hôteliers en particulier ont bénéficié d’aides financières et de plusieurs réductions d’impôts de la part du gouvernement. Tout cela fait que l’industrie touristique continuera d’aller de l’avant et de surmonter la crise. 

Pensez-vous que ce temps de pause a mis en avant les limites de ce secteur ? Ou cela a été plutôt une occasion de repenser notre offre?

Christian Lefèvre: Nous savions déjà que notre industrie était fragile, mais pas à ce point précaire ! Ceux qui dépendent directement ou indirectement du tourisme ont terriblement souffert. 

Une des bonnes choses qui est ressortie de cette situation, c’est que les jours difficiles nous ont rapprochés. Maintenant, le véritable enjeu est de ne pas faire comme tout le monde ! Il nous faut une démocratisation de ce secteur avec le partage des richesses !

Il nous faut laisser aux touristes, tant désirés, de faire leur propre choix ! Il faut les inciter à sortir pour aider nos artisans et nos locaux ! Il nous faut encourager les rencontres avec les habitants. 

Le challenge du tourisme mauricien est clair ! Tous les acteurs doivent aujourd’hui prendre en considération : les nouvelles technologies, le développement de l’offre touristique communautaire, les objectifs de développement de la croissance durable, l’aménagement des sites touristiques, l’avenir du travail dans ce secteur, l’amélioration de la visibilité et de la compétitivité de la destination, la promotion de la destination, la sécurité, la sûreté et la santé, les partenariats public-privé sur les attentes des uns et des autres.

Vous, en tant que dirigeant d’une entreprise touristique, avez-vous repensé ou réinventé vos services pour mieux répondre aux attentes actuelles?

Christian Lefèvre: Nous savons à quel point nous évoluons dans un secteur sensible, d’où la nécessité pour nous de redoubler d’efforts. Il faut tout faire pour retourner à la source et donner sa lettre de noblesse à notre industrie touristique et démontrer encore plus notre hospitalité légendaire et notre savoir-faire. Nous devons tous nous adapter aux nouvelles règles, aux protocoles d’hygiène rigoureux et des normes améliorées pour mieux accueillir les clients. 

Notre nouveau mode de fonctionnement a été modifié en un nouveau régime de sécurité sanitaire. Un nouveau plan de travail a été mis en place. Nous offrons une expérience authentique et responsable à nos clients tout au long de leur visite sur l’île. Notre approche responsable du tourisme est ce qui rend Coquille Bonheur unique. Nous visons un luxe qui réside dans la simplicité. Comme le Colibri, nous faisons notre part. 

D’ici quelques jours, il y aura la réouverture complète des frontières. Toutefois, il y a toujours quelques sceptiques face à cette décision. Pouvez-vous partager votre opinion?

Christian Lefèvre: Nous sommes effectivement à la veille de la réouverture des frontières et nous reconnaissons que la reprise du tourisme international restera fragile et incertaine en raison des inquiétudes croissantes concernant la variante Delta du COVID-19 et d’autres variantes qui se développent progressivement. Cependant, nous sommes très confiants !

Je suis personnellement très optimiste et je crois fermement à la reprise de nos activités touristiques, vu que le voyage reste dans les mœurs et est aujourd’hui fortement attaché à des valeurs culturelles. On ne peut qu’aimer l’Ile Maurice et les Mauriciens ! 

D’ailleurs on a la stratégie qu’il faut pour reconstituer les conditions d’avant-crise et consolider notre réputation de l’hospitalité légendaire. Il y a beaucoup d’opportunités à l’horizon, dans le conventionnel comme dans le numérique. Avec la levée de la quarantaine, on peut s’attendre à une augmentation des réservations.

En plus, on reste positif vu que le pays a l’un des taux les plus élevés de vaccination complète en Afrique, soit plus de 60 pour cent de la population totale (environ 82 pour cent de la population adulte locale), et que le taux de contamination reste relativement faible par rapport à d’autres pays.

Quels sont vos objectifs pour ce dernier trimestre 2021? 

Christian Lefèvre: Le tourisme est l’une des plus grandes industries de la planète et s’est révélé une fois de plus la plus vulnérable et la plus fragile. Les facteurs de santé et de sécurité continueront à avoir une influence majeure sur le choix de destination des consommateurs de voyages et la planification de leurs vacances à l’avenir. Le prix sera plus important que jamais !

Coquille Bonheur fêtera ses 15 ans d’existence en octobre et de ce fait nous travaillons d’arrache-pied pour consolider nos assises, nos atouts et redonner confiance à notre équipe dans ce secteur et d’inviter les touristes à venir séjourner chez nous.

Les grands axes de développement à venir seront certainement dans la nouvelle technologie, les stratégies de vente et de marketing, le protocole sanitaire pour la santé, la sécurité et la durabilité tout en gardant une flexibilité à s’adapter à toute éventualité.  

La tendance 5 étoiles se confirme et il y a une forte demande pour les villas individuelles. La demande est bien présente, mais notre succès dépendra de la connectivité, du nombre de sièges et d’Air Mauritius.