Home » Women’s Leadership Academy : faire avancer les femmes dirigeantes
Economie

Women’s Leadership Academy : faire avancer les femmes dirigeantes

La demande est là et le succès est au rendez-vous pour l’initiative du MIoD et Dale Carnegie Mauritius. Sheila Ujoodha et Vimi Appadoo souhaitent en faire un rendez-vous incontournable pour avancer sur la question de l’égalité des genres, de la diversité et de l’inclusion et pour intégrer davantage de femmes sur les « boards » à l’Île Maurice.

Lancée l’année dernière, la Women’s Leadership Academy en est déjà à la fin de son troisième workshop : le 4e et le 5e sont déjà en préparation. Un signe donc que cette initiative du Mauritius Institute of Directors (MIoD) et Dale Carnegie Mauritius attire les femmes dirigeantes du pays.

D’où vient donc cette idée de créer cette académie ? Sheila Ujoodha, CEO de la MIoD, explique que « tout a commencé avec un survey de la MIoD sur le “gender diversity and inclusion”. Le sondage révèle que la représentation féminine sur les boards est de 13 %, alors qu’en Europe, la moyenne est de 40 %.

Les résultats sont sans appel et démontrent la nécessité d’apporter du changement ». Dans cette optique d’évolution, le premier projet du programme Women Directors Forum était de mettre en place un Women’s Leadership Academy. S’en suit alors, un partenariat avec Dale Carnegie Mauritius et son Managing Director, Vimi Appadoo qui dit s’aligner à 100 % avec les objectifs de la MIoD.

Les femmes dirigeantes qui participent à ces sessions bénéficient du même programme enseigné au Royaume-Uni et en Inde puisque le contenu traite des défis similaires. Selon Vimi Appadoo, les participantes auront des réponses à la majorité de leurs questions, telles que : « Comment se positionner en tant que femme dirigeante ? Comment se focaliser sur celle que l’on veut devenir ? Comment surmonter les défis ? Comment mieux communiquer, mieux formuler les idées et résoudre les problèmes ? Comment conserver mon identité et mon authenticité dans un environnement plutôt patriarcal ? ».

Aussi, pour être dans l’ère du temps, les sessions toucheront à l’environnement professionnel hybride qui existe désormais avec le télétravail et le présentiel au bureau. Pour participer à ces 24 heures de formation étalées sur 3 mois, les femmes dirigeantes ont dû répondre à plusieurs questions et expliquer pourquoi elles voulaient y participer. Georgina Ragaven, fondatrice de We Empower, nous confie « nous avons reçu plus d’une centaine de demandes pour cette initiative financée également par le British High Commission. Nous n’avions que 15 à 25 places à pourvoir. Cela démontre bien l’engouement pour ce type de projet ».

Face à la demande importante, la Women’s Leadership Academy continuera, mais sera aussi suivie par d’autres projets dont des sessions pour le « Coaching and mentoring » durant la semaine de la femme en vue de la Journée internationale des droits des femmes.

Paroles aux participantes:

Marie Behrens, franco-allemande d’origine sénégalaise, de 40 ans – CEO d’une société dans le domaine de la beauté et la santé.

« Cela fait trois ans et demi que je suis installée à l’Île Maurice, et je n’ai jamais rencontré d’autres femmes dirigeantes. Je me sentais un peu esseulée, surtout que j’étais à Dubaï avant de venir ici, et c’était chose courante là-bas de rencontrer des femmes “patronnes”. Heureusement qu’il y a le Women’s Leadership Academy. J’ai aujourd’hui plein de contacts et j’ai pu trouver une communauté. Ce que j’apprécie avec ce programme, c’est que l’on peut appliquer immédiatement ce qu’on apprend et avoir des résultats rapidement. Avec l’académie, on bénéficie de l’expérience de Vimi, de Sheila et de Georgina et c’est formidable pour avancer ».

Laetitia Momplé, Mauricienne de 32 ans — Managing Director d’une entreprise spécialisée dans le Marketing, le PR et la Communication en ligne.

« Quand j’ai démarré mon entreprise, j’ai dû faire face à plusieurs défis en tant que start-up, mais aussi en tant que jeune femme. Avec la Women’s Leadership Academy, on a désormais des moyens et des réponses pour surmonter tout cela. J’ai appris comment gérer des situations difficiles ou comment agir quand on se retrouve seule sur un board totalement masculin. C’est très empowering et ça nous fait progresser en tant que leader ».