Home » Lindsay Morvan : « La destination mauricienne a pour ambition de devenir une destination verte »
Tourisme

Lindsay Morvan : « La destination mauricienne a pour ambition de devenir une destination verte »

Invité par Afm.media à s’exprimer sur le tourisme mauricien, le Directeur de la Tourism Authority (TA), Lindsay Morvan revient sur les conséquences de la Covid-19 sur le secteur à Maurice. Il nous parle aussi des ambitions de la TA et de l’île en matière de tourisme durable et confie que la location saisonnière sera mieux réglementée dans le futur…

Comme on le sait, le tourisme mauricien a été particulièrement touché par la Covid-19. Au niveau de la Tourism Authority (TA), quel bilan peut-on tirer de cette période ?

Je dois dire que 2021 a été la pire année de toute l’histoire du secteur touristique mauricien. La deuxième vague de la pandémie de la COVID-19, soit celle de mars 2021, a été comme un coup de massue pour l’ensemble des principaux secteurs de l’économie et plus particulièrement pour le tourisme local.

Avec la fermeture des frontières pour protéger la population du virus, les activités de ce secteur étaient pratiquement au point mort. Au niveau de la Tourism Authority, nous avons continué nos activités du mieux que nous pouvions. Par exemple, nous avons poursuivi notre programme de formation lié au projet Sustainable Island Mauritius ; cela a permis de former et d’accompagner les opérateurs touristiques pour qu’ils implémentent des opérations plus vertes tout au long de la chaîne de valeur. Nous avons également travaillé avec les hôteliers pour mener des campagnes de nettoyage en attendant la reprise des activités du secteur.

Notre collaboration s’est aussi étendue au ministère du Tourisme et celui de la Santé et du Bien-être avec notamment l’élaboration du protocole sanitaire destiné à l’ensemble des métiers du secteur, dont les hôtels, les opérateurs et les taxis d’hôtels, entre autres. Le but était de protéger la santé des employés et celle des visiteurs.

Durant cette période difficile, y a-t-il eu des mesures mises en place pour aider les petites et moyennes entreprises opérant dans le tourisme ? 

Oui effectivement ! Le gouvernement est venu de l’avant avec une série de mesures dès le début de l’apparition de la pandémie pour soutenir le secteur du tourisme. Il y a eu entre autres le Wage Assistant Scheme et le Self-Employed Scheme. À ce titre, il faut savoir que le secteur touristique a bénéficié, pour la période mars 2020 à décembre 2021, de Rs 10,2 milliards et de Rs 317 millions respectivement sous ses plans d’aide.

Par ailleurs, tous les opérateurs enregistrés auprès de la Tourism Authority ont été exemptés du paiement de renouvellement de leur permis pour deux années, cela à compter de 2020.

Beaucoup d’entreprises ont dû fermer leurs portes à cause de la pandémie. Qu’en est-il pour celles qui sont enregistrées auprès de la TA ? 

Malgré les différents plans d’aides mises en place par le gouvernement, certains opérateurs n’ont effectivement pas eu le choix que de fermer boutique notamment en raison de leur incapacité à continuer à honorer les charges fixes ou encore les dettes contractées. 

Je dois dire qu’heureusement la majorité des acteurs touristiques ont pu tenir le coup malgré les difficultés. Aussi, il faut noter que la majorité des emplois a été sauvegardée grâce au Wage Assistance Scheme et Self-Employed Assistance Scheme.

Il faut aussi souligner que nous avons reçu de nombreuses demandes de permis venant de nouveaux opérateurs pour des activités touristiques variées. 

Comment évaluez-vous les protocoles sanitaires mis en place durant le summum de la crise et aujourd’hui ?

Les protocoles sanitaires destinés au secteur touristique ont été élaborés par le ministère de la Santé en consultation avec le Ministère du Tourisme, les autres institutions concernées ainsi que les partenaires du privé ; ils sont ensuite validés par le High Powered Committee présidé par le Premier ministre, Pravind Jugnauth. Ce comité se réunit quotidiennement depuis le début de la pandémie pour suivre son évolution et adapter les mesures en conséquence. Et nous devons reconnaître que ces protocoles ont très bien fonctionné compte tenu du nombre négligeable de touristes, qui ont été testés positifs à leur arrivée depuis l’ouverture complète des frontières, le 1er octobre dernier.

Il est aussi bon de savoir qu’au niveau de la Tourism Authority nous avions, après les premiers mois de la pandémie, travaillé avec le ministère de la Santé, l’OMS ainsi que le World Travel and Tourism Council (WTTC) pour établir les critères à respecter par les opérateurs pour s’assurer de la sécurité sanitaire aussi bien des clients que celle des employés. C’est pourquoi nous sommes parmi les premiers pays à avoir reçu le certificat de Safe Travel de la part du WTTC en août 2020. D’ailleurs, beaucoup d’opérateurs utilisent ce certificat pour rassurer leurs clients sur leurs sites web…

Que pensez-vous de la stratégie de reprise et de la relance du tourisme après ces longs mois sans activité ?

Le ministère du Tourisme a initié une collaboration étroite avec les acteurs touristiques du privé pour préparer la relance et redynamiser le secteur. Le développement de la page Mauritius Now par la MTPA a grandement contribué au succès de la relance du 1er octobre 2021, qui a démarré sur les chapeaux de roues malgré la fermeture des frontières de certains de nos marchés. Malheureusement, la décision soudaine de la France de nous placer sur la liste rouge écarlate, suivie de la fermeture de notre frontière aux visiteurs de l’Afrique du Sud au mois de novembre 2021, a durement affecté la relance.

L’augmentation des nouveaux cas de contamination en début d’année a aussi compliqué un peu plus la situation. Cependant comme l’a annoncé le Premier ministre adjoint et ministre du Tourisme Steven Obeegadoo en mars, le ministère du Tourisme, en collaboration avec les différents acteurs du privé a déjà élaboré une stratégie de relance à court, moyen et long terme. Il avait d’ailleurs dévoilé la stratégie à court terme axée sur le marketing, la consolidation et la valorisation de l’offre de notre produit touristique ainsi que l’optimisation des vols sur Maurice. Ce nouveau projet touristique est porté par le slogan « One Mauritius » qui signifie Tous Ensemble !

Le tourisme durable est primordial de nos jours ! Au niveau du pays, il y a le projet Sustainable Island Mauritius. Pouvez-vous nous en dire plus ? 

Le projet « Sustainable Island Mauritius » est un projet financé par l’Union européenne sous le « Switch Africa Green Program » phase III, en collaboration avec le « think and do tank » allemand CSCP (Collaborating Centre for Sustainable Consumption and Production). Il est géré par un comité de pilotage, qui se rencontre régulièrement pour passer en revue les activités y relatives. Ce comité est composé de représentants de toutes les associations d’opérateurs touristiques mauriciens, de l’Union européenne ainsi que des ministères du Tourisme et de l’Environnement.

L’objectif principal du projet est de renforcer les capacités des tours opérateurs et de leurs partenaires afin de développer des nouveaux forfaits en ligne, avec des meilleures pratiques durables. Former, conscientiser, soutenir et concrétiser des projets pour un tourisme durable avec l’appui des experts internationaux sont les véritables enjeux de ce programme.

Le projet est destiné aux opérateurs locaux et depuis sa mise en place, plus de 2000 d’entre eux ont directement bénéficié des activités de formation et de soutien mises en œuvre par la Tourism Authority. Parmi les bénéficiaires : des taxis d’hôtel, des plaisanciers, des artisans, des hôteliers, des tours opérateurs ainsi que 600 opérateurs touristiques de Rodrigues.

Quelques mots sur la tenue des premiers Sustainable Mauritius Awards ?

La destination mauricienne a pour ambition, plus par nécessité aujourd’hui que par souhait, de devenir une destination verte. Cela veut dire, une destination qui épouse les meilleures pratiques du tourisme durable !

Après avoir accompagné les opérateurs du tourisme à l’écologisation de leurs opérations à travers des sessions de formation, des ateliers de travail et de co-créations, le réseautage et le développement des outils afin de mesurer les impacts des critères recommandés, nous estimons qu’il serait plus que mérité que ceux ayant fait des efforts pour contribuer à cet objectif de tourisme durable soient récompensés. D’autant qu’ils peuvent aussi agir comme role models pour les autres et les inciter à faire de même.

Les « Sustainable Tourism Mauritius Awards 2022’ représentent donc la reconnaissance des individus et entreprises, qui se sont investis corps et âme pour assurer la pérennité de notre patrimoine environnemental, culturel, social et économique.

Le concours a été lancé le 23 mars et la date limite pour les inscriptions était le 8 avril. Le jury est composé d’académiciens, de formateurs, de professionnels du tourisme, de journalistes ainsi qu’un représentant de l’Union européenne. Il sera présidé par le Dr R. Nunkoo, responsable de la faculté de Tourism Management à l’Université de Maurice. La liste des nominés sera rendue publique le 15 avril tandis que la cérémonie des Awards se tiendra le 5 mai au Ravenala Attitude Hotel de Balaclava. À la clôture de la date limite des inscriptions, nous avons enregistré plus d’une centaine de candidatures.

Une parenthèse sur la location saisonnière… Sur le plan international, les locations saisonnières, type AirBnB, sont de plus en plus réglementées. Est-ce que Maurice va suivre le pas ?

Il nous faut définitivement suivre le pas ! Déjà, avant le début de la pandémie des discussions avaient été entamées avec les opérateurs en ligne vendant la destination Maurice. Elles avaient pour but de s’assurer que seules les offres de ceux ayant un permis en bonne et due forme puissent être affichées. Cela nous permettrait alors d’assurer une qualité à tous les niveaux, tout en évitant des arnaques. Malheureusement la situation sanitaire a mis un frein aux discussions. Nous comptons toutefois reprendre le dialogue très bientôt.

Quels sont les plans de la TA cette année ?

La bonne gestion de la pandémie par les autorités mauriciennes nous permet de contempler la relance de notre industrie touristique avec sérénité. Pour 2022, nous prévoyons d’accueillir un million de touristes soit 70 % du nombre d’arrivées touristiques de 2019.D’après un rapport publié par le WTTC intitulé “To Recovery & Beyond: The Future of Travel & Tourism in the Wake of COVID-19’, les préférences et comportements des voyageurs s’orientent davantage vers le connu, le prévisible et le fiable. Pendant que la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA) se concentre sur la demande à travers sa campagne agressive de promotion, la Tourism Authority travaille sur la valorisation de Maurice comme une destination sécurisante et durable. Cela passera par l’accompagnement et l’autonomisation des acteurs du secteur vers des activités respectueuses de l’environnement et avec comme objectif, la réduction des impacts néfastes de leurs activités sur l’écologie. Dans le cadre de cette démarche, nous nous attelons aussi à élargir l’offre de la destination Maurice avec le tourisme basé sur la nature, qui vient complémentariser les trois SSS (Sun, Sea, Sand)…