Home » Yan Soobrayen: « S’adapter, être créatif et se focaliser sur ce que l’on peut changer, c’est la clé selon moi »
Economie

Yan Soobrayen: « S’adapter, être créatif et se focaliser sur ce que l’on peut changer, c’est la clé selon moi »

Yan Soobrayen, coach business et formateur, accompagne les dirigeants et entrepreneurs dans le développement de leur entreprise. Objectifs : Augmenter leur chiffre d’affaires, garder un bon niveau de motivation, mieux communiquer, faire progresser leurs équipes, être plus organisé, avoir un meilleur équilibre avec leur vie privée… Bien plus qu’un simple coaching business, ses accompagnements à 360° permettent à ses clients d’être plus confiants et épanouis aussi bien dans leurs entreprises que personnellement.

Qu’est-ce qu’un  Business et Mindset coach ?

Un Business et Mindset coach travaille autant sur l’état d’esprit de ses clients que sur le développement de leurs entreprises, car les deux sont intimement liés. Le Business c’est la partie purement pratique : offre, vente, organisation, process, chiffre d’affaires ; le Mindset c’est travailler sur l’humain derrière le business. 

La problématique de mes clients est souvent bien plus vaste que l’envie d’augmenter leur chiffre d’affaires : soucis d’organisation, besoin d’un meilleur équilibre entre leur vie pro et perso, manque de confiance, des difficultés de communication au sein de leurs équipes, auprès de leurs clients ou même dans leur vie personnelle. C’est pourquoi je parle de Mindset car on aborde bien d’autres aspects qui ne sont pas purement Business mais qui vont avoir un impact direct sur leur entreprise. 

Pour vous donner un exemple concret, j’ai récemment accompagné un chef d’entreprise qui souhaitait augmenter son chiffre d’affaires. Après plusieurs mois d’accompagnement, il a atteint cet objectif, mais il a gagné bien plus que cela. En travaillant sur son mindset, il a aussi amélioré son leadership, sa façon de penser son entreprise, sa capacité à déléguer. Il a accepté que l’entreprise peut aussi fonctionner sans lui, il communique mieux avec ses équipes, qui sont donc davantage motivées… etc. Cela a créé un cercle vertueux pour lui et les personnes qui l’entourent. Un entrepreneur qui va bien, c’est une entreprise qui va bien !

Avec une guerre en plus d’une pandémie, comment protéger l’entreprise contre l’effet “mind-killing” de la peur ?

Nous sommes, en effet, dans une situation inédite. Après des mois de pandémie, le monde entier vit des moments troublés entre guerre, crise économique, sociale, climatique… Ce n’est pas non plus nouveau ; le monde n’est pas linéaire et il y a déjà eu dans le passé des événements qui ont bouleversé la vie des entreprises (crise des subprimes en 2008, choc pétrolier dans les années 70, etc).

Ces crises sur lesquelles nous n’avons aucune prise directe, peuvent générer de la peur, de l’anxiété auprès des entrepreneurs qui ont une entreprise à faire tourner et des salariés à payer. 

Ce que je conseille et dis toujours à mes clients, c’est de se concentrer sur ce que l’on peut changer à son niveau. On ne peut pas empêcher directement la guerre, ni la pandémie, par contre nous avons toujours la possibilité d’agir à notre échelle ! Je pense notamment à un entrepreneur que j’ai accompagné récemment qui était uniquement B to B. Avec la pandémie et la fermeture des frontières, il a proposé d’autres offres, accessibles pour les particuliers cette fois, et ça marche vraiment bien !

S’adapter, être créatif et se focaliser sur ce que l’on peut changer, c’est la clé selon moi.

L’entrepreneur qui tiendra dans le temps, c’est celui qui aura su anticiper, s’adapter, être créatif et innovant. La preuve : il y a même certains entrepreneurs qui n’ont jamais aussi bien réussi que ces 2 dernières années…

Quelle est la peur commune des chefs d’entreprise et des entrepreneurs ?

Selon moi, c’est la peur d’échouer. Peur de ne pas arriver à atteindre ses objectifs, et devoir renoncer. Mais cette peur se matérialise différemment en fonction du type d’entreprise. Pour les plus petites entreprises, c’est la peur de devoir mettre la clé sous la porte car on n’a plus de client et que l’on ne peut plus vivre de son activité (il y a d’ailleurs beaucoup d’entreprises qui s’arrêtent avant 5 ans d’existence pour ces raisons).

Pour les plus grandes entreprises, que l’on soit business leader ou entrepreneur, c’est la peur de ne plus pouvoir tenir la cadence. Quand on a beaucoup grandi, il faut ensuite pouvoir garder le rythme dans la durée : finance, concurrence, satisfaction des clients, management… Ce n’est pas négligeable en terme de stress.

La peur accompagne forcément les entrepreneurs et business leaders, car ce sont des rôles qui demandent de prendre des risques. On a le choix de ne pas donner trop de place à cette peur en se focalisant sur ce que l’on peut faire à son niveau. 

Si on est obnubilé par la peur d’échouer, il y a plus de chance qu’on échoue vraiment. Alors qu’en se focalisant sur ses objectifs, le chemin et les étapes pour y arriver, on donne moins de place à la peur, on dédramatise et on avance.

Quelles sont les qualités requises pour être un bon chef d’entreprise, entrepreneur en 2022 ?

Il y a 3 qualités importantes à avoir selon moi :

Premièrement : la persévérance. Cette volonté de continuer, de ne pas baisser les bras même quand il y a des difficultés, malgré les échecs parfois. De continuer à progresser, se former, évoluer. C’est ce que j’appelle la résilience.

Deuxièmement : la capacité à bien s’entourer. Le succès d’une entreprise est rarement l’œuvre d’une seule personne. C’est un peu comme pour les courses hippiques, quand un cheval gagne une course c’est aussi grâce à son jockey qui aura su le guider, mais aussi toute l’équipe qui s’est occupée du cheval, l’entraîneur, etc…  S’entourer de personnes expertes dans leur domaine ou du moins faire partie d’un réseau d’entrepreneurs pour échanger sur ses problématiques et ne pas se sentir isolé c’est très important.

Troisièmement : la communication. Savoir communiquer avec ses clients pour informer, inspirer confiance, convaincre, vendre. Savoir communiquer avec ses équipes pour créer un climat de travail sain et dynamique, motiver, gérer les conflits. C’est un indispensable pour tout entrepreneur. C’est d’ailleurs un des thèmes que l’on travaille beaucoup avec mes coachés.

Je pourrai encore en citer beaucoup d’autres comme l’empathie, l’humilité (accepter de se remettre en question, se mettre à la place de ses clients..), la créativité, la polyvalence… 

Même si ce ne sont pas des qualités naturelles, il est toujours possible de les développer en se formant, ou en faisant appel à un coach.